La danse macabre
du Petit-Bâle
(Kleinbasel)

Détail ossuaire Bâle

English version

Copyright (textes)
1996-2017 © Patrick Pollefeys

Outre la peinture murale du cimetière du couvent des Dominicains, Bâle possédait une seconde danse macabre dans le couvent des soeurs Augustines, dans le district de Klingenthal. Cette œuvre est connue sous le nom de "danse macabre du Petit-Bâle" (Kleinbasel).

La ville de Bâle est construite à cheval sur le Rhin. À l'époque, la rive gauche - la plus populeuse et la plus aisée - accueillait les bâtiments de l'administration publique et la célèbre danse macabre du cimetière du couvent des Dominicains. La danse macabre du Petit-Bâle, elle, était située sur la rive droite, dans le quartier industriel.

Réalisée au milieu du 15e siècle, l'œuvre a disparu en 1860, dans l'effondrement des murs du couvent qui l'abritait. Les soeurs Augustines avaient quitté les lieux en 1559. Depuis, la danse macabre était à l'abandon, le couvent servant d'entrepôt et de cuisine militaire.

Certaines sources croient que la danse macabre du Petit-Bâle est antérieure à celle du Grand-Bâle, créée en 1440. Cependant, la plupart des spécialistes estiment qu'elle aurait été peinte entre 1450-60, sur le modèle de sa "grande soeur". Les deux danses macabres présentent en effet d'importantes similitudes, si l'on peut se fier aux gravures de Mattheus Merian, qui a reproduit l'œuvre la plus ancienne en 1616. Entre autres: - les deux montrent un ossuaire (bien qu'aucune scène de Jugement dernier ne soit peinte sur le fronton de celui de Petit-Bâle); - le nombre de figurants est le même, tout comme les classes sociales représentées, à part quelques exceptions; - plusieurs personnages sont présentés avec la même gestuelle.

Les deux peintures murales diffèrent toutefois sur quelques points. Celle du Grand-Bâle présente un prédicateur (juste avant l'ossuaire). Celle du Petit-Bâle se distingue en introduisant une scène de crucifixion dans la deuxième partie de la farandole. C'est un détail plutôt rare dans les danses macabres, qu'on retrouve aussi à Berlin et Pinzolo.

Une autre différence significative? La séquence des personnages. Dans la danse macabre du Petit-Bâle, cinq vivants suivent le roi : cardinal, patriarche, archevêque, duc, évêque. Dans la danse macabre du Grand-Bâle, cette même séquence comprend deux personnages féminins: reine, cardinal, évêque, duc et duchesse. Au Petit-Bâle, c'est une nonne qui remplace le marchand ambulant et les deux dernières places dans la farandole sont occupées par un enfant et par une mère plutôt que par un peintre, par sa femme et son enfant. Pour plus de détails sur la danse macabre du Grand-Bâle et ses diverses restaurations, voir la section à cet effet.

La Mort et l'abbesse
La Mort et l'abbesse (Petit-Bâle). Aquarelle d'Emanuel Büchel (1768)

La seule reproduction connue de la danse macabre du Petit-Bâle provient d'Emanuel Büchel, qui a commencé à la copier en 1766. Déjà à cette époque, certains personnages (ermite, héraut, nonne, paysan, enfant) avaient disparu à cause du perçage de fenêtres. Au début de ses travaux, Büchel croyait que la danse macabre datait de 1312, puisqu'un chiffre semblable apparaît près du personnage du comte. Cette erreur a été reprise dans les livres d'art jusqu'au 19e siècle! Pourtant, quelque temps après, Büchel avait reconnu s'être trompé: le chiffre correspondait plutôt à 1512 - sans doute la date d'une possible restauration. Il faut, cependant, s'interroger sur cette hypothèse. Pourquoi cette danse macabre peu connue de la population aurait-elle été restaurée moins de 50 ans après sa création, alors que celle du Grand-Bâle a attendu plus d'un siècle avant de l'être?

Les figures
du mur ouest
Les figures
du mur nord
01- L'ossuaire
02- Le pape
03- L'empereur
04- L'impératrice
05- Le roi
06- Le cardinal
07- Le patriarche
08- L'archevêque
09- Le duc
10- L'évêque
11- Le comte
12- L'abbé
13- Le chevalier
14- Le juriste
15- Le conseiller
16- Le chanoine
17- Le médecin
18- Le noble
19- La noble
20- Le marchand
21- L'abbesse
22- L'infirme
23- Christ en croix
24- L'ermite
25- Le jouvenceau
26- L'usurier
27- La pucelle
28- Le musicien
29- Le héraut
30- L'avoyer
31- Le bourreau
32- Le fou
33- La nonne
34- L'aveugle
35- Le juif
36- Le païen
37- La païenne
38- Le cuisinier
39- Le paysan
40- L'enfant
41- La mère

 


Références
Berthier, J.J. 1896. La plus ancienne danse macabre au Klingenthal à Bâle. Lethellieux, libraire-éditeur.
Clark, James M. 1950. the Dance of Death. Jackson, Son & Company.
Egger, Franz. 1990. Basler Totentanz. Historisches Museum Basel.
Riggenbach, Rudolph. 1961. Die Wandbilder des Klingenthals, in: Die Kunstdenkmäler des Kantons Basel-Stadt, Bd. IV, S. 95-139.